L’environnement et l’importance de la qualité de l’air

Dans 23 pays, plus de 10 % de ces décès ne sont dus qu’à deux facteurs : le manque d’eau potable et les effets de la pollution de l’air intérieur causée par une forte proportion de ménages qui utilisent des combustibles (bois par exemple). Bon nombre de ces facteurs présentent un plus grand impact, surtout sur les jeunes enfants.

Les challenges par rapport à l’environnement

Un environnement propre est essentiel pour la santé et le bien-être de l’homme. Toutefois, les interactions entre l’environnement et la santé humaine sont très complexes et difficiles à évaluer. Le recours au principe de précaution est donc particulièrement utile. Les effets les plus connus sur la santé sont liés à la pollution de l’air ambiant, à la mauvaise qualité de l’eau et à un assainissement insuffisant.

Mais ce qui est sûr c’est que l’ensemble du système de survie de l’humanité dépend du bien-être de toutes les espèces vivant sur terre. C’est ce qui est plus communément appelé la « biosphère » (un terme inventé par Vladimir Vernadsky, un scientifique russe dans les années 1920). La biosphère désigne un système écologique mondial dans lequel tous les êtres vivants sont interdépendants. Dans l’ensemble de la biosphère, il y a des écosystèmes plus petits comme les forêts tropicales humides, les océans, le désert et la toundra. La conservation de ces écosystèmes est une question importante, même lorsque la société est confrontée à des crises économiques, à des guerres et à des problèmes sociaux sans fin. C’est essentiel parce que la Terre est le seul foyer qui peut accueillir les humains et qu’elle leur fournit de l’air, de la nourriture et d’autres besoins.

Voici les objectifs que les scientifiques environnementalistes ont pour améliorer le monde dans lequel la population vit :

  • Élimination de la pollution et des substances toxiques dans l’air, l’eau, le sol, les bâtiments, les produits manufacturés et les aliments.
  • Préservation de la biodiversité et protection des espèces menacées.
  • Conservation et utilisation durable des ressources telles que l’eau, la terre, l’air, l’énergie, les matières premières et les ressources naturelles.
  • Enrayer le réchauffement de la planète d’origine humaine, qui représente une pollution, une menace pour la biodiversité et une menace pour les populations humaines.
  • Le passage des combustibles fossiles aux énergies renouvelables dans les secteurs de l’électricité, du chauffage et de la climatisation, et des transports. Il peut s’agir des transports publics et de la production décentralisée, qui présentent des avantages pour la congestion routière et la fiabilité du service d’électricité.
  • Passer d’une alimentation à forte intensité de viande à une alimentation essentiellement végétale afin de contribuer à atténuer la perte de biodiversité et le changement climatique.
  • Création de réserves naturelles à des fins récréatives et de préservation des écosystèmes.
  • Gestion durable et moins polluante des déchets, y compris la réduction de ceux-ci (ou même leur absence), la réutilisation, le recyclage, le compostage, la valorisation énergétique des ordures et la digestion anaérobie des boues d’épuration.
  • Réduire la consommation excessive et lutter contre la pêche et l’exploitation forestière illégales.
  • Ralentissement et stabilisation de la croissance démographique humaine.

Ce n’est donc pas seulement une simple question de santé. Si l’environnement est en bonne condition, c’est vraiment la survie de l’espèce humaine qui est assurée.

Pourquoi une bonne qualité de l’air est-elle importante ?

Un adulte respire 15 000 litres d’air par jour. Au cours de cette respiration, les particules atmosphériques polluées pénètrent dans ses poumons. Elles peuvent entrer dans sa circulation sanguine et être transportées vers ses organes internes, comme le cerveau. Cela peut causer de graves problèmes de santé comme l’asthme, les maladies cardiovasculaires et même le cancer, et réduit la qualité et le nombre d’années de vie. Les groupes vulnérables, à savoir les enfants, les personnes atteintes de maladies chroniques et celles âgées, sont particulièrement sensibles aux effets dangereux de la pollution atmosphérique toxique.

Des études réalisées dans différents pays ont aussi montré qu’une mauvaise qualité de l’air peut également nuire à l’environnement naturel. Des dommages écologiques peuvent survenir quand les polluants atmosphériques entrent en contact direct avec la végétation. Il en est de même lorsque les animaux les inhalent. Ces particules polluées peuvent aussi se déposer sur les terres et les plans d’eau. Elles peuvent se jeter dans les cours d’eau ou être absorbées par les plantes et les animaux. Une mauvaise qualité de l’air peut également affecter le climat. Certains polluants ont un effet de réchauffement, tandis que d’autres contribuent au refroidissement (Agence européenne pour l’environnement, 2013).

Ces effets de la mauvaise qualité de l’air sur la santé humaine et l’environnement peuvent, à leur tour, avoir des répercussions économiques négatives. Des coûts importants peuvent s’en dégager, par exemple, pour l’hospitalisation et les traitements médicaux, les décès prématurés et les journées de travail perdues. Les dommages causés aux sols, à la végétation et aux cours d’eau peuvent réduire la productivité des industries agricoles et forestières. Dans les zones urbaines, la pollution de l’air peut être coûteuse. Les activités, les transports ou la communication peuvent, entre autres, être perturbés par les changements climatiques cités ci-dessus.

Il est donc important d’avoir une bonne qualité de l’air pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, c’est la santé publique qui est en jeu. Les maladies respiratoires et autres prolifèrent, ce qui doit être évitable sans pollution de l’air. Ensuite, il y a la question de l’écosystème qui se dégrade à cause des particules toxiques. Enfin, économiquement, il existe aussi des impacts, pour la plupart indirects, mais quand même très ressentis. En bref, il a été vu que la qualité de l’environnement dans lequel l’homme vit a des impacts sur son bien-être. C’est pour cette raison qu’il est important de conserver l’intégrité de l’écosystème. En outre, une mention spéciale est à faire par rapport à la qualité de l’air. C’est un sujet qui doit vraiment faire l’objet de vifs débats.

© 2019